Bien préparer son séjour à l’étranger, c’est aussi se renseigner sur les conditions sanitaires de sa destination. Le Ministère des affaires étrangères recense, pays par pays, les précautions à prendre et les vaccins à faire pour voyager sans risque.

Première étape : consulter son médecin

Avant de partir à l’aventure, commencez par prendre rendez-vous chez votre médecin traitant. En fonction de vos caractéristiques personnelles (âge, risques particuliers…) et du contenu de votre voyage, il dressera la liste des vaccins dont vous avez besoin. Même si la plupart des vaccins sont efficaces une dizaine de jours après l’injection, il est préférable de se faire vacciner environ deux mois avant le départ, afin de s’assurer qu’il n’y aura pas de réaction immunitaire. Sachez que la plupart de ces vaccins ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Ils devront être pris en compte dans votre budget vacances.

Les incontournables : l’essentiel de la vaccination

Quelle que soit votre destination, vous devez être à jour dans vos vaccinations obligatoires, à savoir contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Les vaccins contre la coqueluche et l’hépatite B ainsi que le BCG (tuberculose) et le ROR (rougeole – oreillons – rubéole), non imposés en France, sont également recommandés. Il est nécessaire d’être muni d’un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour entrer dans la plupart des pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. L’injection, valable pour une durée de dix ans, ne peut-être réalisée que dans un centre de vaccination agréé, comme celui de l’Institut Pasteur à Paris. Enfin, pour se rendre à la Mecque, il est indispensable de se soumettre au vaccin contre les infections invasives à méningocoques, administré sous la forme d’une injection renouvelable tous les trois ans. Ce vaccin est également conseillé dans certaines régions d’Afrique comme le Sahel.

Zones à risque : des vaccins spécifiques

Si vous voyagez dans une zone où les conditions d’hygiène sont précaires, notamment en Afrique, en Asie, en Amérique Centrale ou du Sud et plus largement dans tous les pays en développement, il est fortement recommandé de faire le vaccin contre l’hépatite A (une injection suivie d’un rappel six à douze mois plus tard) et la typhoïde (une seule injection efficace pendant trois ans). Dans les régions rurales d’Europe centrale, septentrionale et orientale comme dans le nord de l’Asie centrale, de la Chine et du Japon, l’encéphalite à tiques sévit du printemps à l’automne. L’encéphalite japonaise, elle, touche l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Inde, le Japon, la Chine, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le nord de l’Australie, toujours dans les campagnes ou en période de fortes pluies. Il existe un vaccin pour chacune de ces pathologies. En cas de séjour prolongé ou en situation d’isolement dans les zones à risque (Afrique, Asie, Amérique, Europe de l’Est), il est prudent d’avoir recours au vaccin contre la rage, même si cela ne dispense pas d’un traitement curatif en cas de contamination.

(Visited 1 226 times, 3 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *